revolt-geeZzrAXyMQ-unsplash
Arnaud Joly

Lancer son business depuis le Mexique : Guide

Après avoir créé une entreprise au Mexique et l’avoir gérée pendant quelques années, on pourrait penser que l’on est un expert, mais vous découvrirez vite que l’on se sent un peu toujours comme des débutants. Voici les leçons tirées de la création d’une entreprise au Mexique. Même si vous ne possédez pas d’entreprise, les informations ci-dessous peuvent vous être utiles. La plupart des expatriés se retrouveront un jour ou l’autre en tant que clients d’affaires ou en position d’engager un gardien, et les principes sont les mêmes.

Sommaire

10 conseils pour créer une entreprise au Mexique

Posez vous les bonnes questions

Consultez toujours plusieurs sources et posez beaucoup de questions lorsque vous cherchez des informations. Vous avez peut-être déjà découvert que les Mexicains vous diront ce que vous voulez entendre. Méfiez-vous également des informations trouvées via certaines ressources. Je ne saurais trop insister sur l’importance de faire des recherches précises. Par exemple, nous avons fait l’expérience d’engager un menuisier pour poser des fenêtres et des portes. La menuiserie est arrivée et était magnifique.

À notre grand désarroi, non seulement nous avons constaté que le devis ne comprenait pas l’installation, les poignées, les serrures ou les charnières, mais les menuisiers n’avaient pas apporté d’outils ni suffisamment d’ouvriers pour terminer le travail. Lorsque nous avons passé la commande, nous avons fait beaucoup trop d’hypothèses sur ce qu’elle comprenait sans poser de questions essentielles.

Trouvez un comptable que vous pourrez apprendre à aimer

C’est plus difficile qu’il n’y paraît, mais c’est peut-être le choix le plus important que vous ferez en tant qu’entrepreneur. Il nous a fallu trois tentatives pour trouver notre comptable José. Lorsque les « Contadors » précédents nous ont été recommandés, nous ne savions pas quelles étaient les bonnes questions à poser.

Un étranger qui fait des affaires au Mexique est soumis à des règles de documentation différentes de celles d’un ressortissant national. Il faut remplir des formulaires supplémentaires, et les lois sur l’immigration et les exigences en matière de documentation changent chaque année. La plupart des personnes qui créent une entreprise au Mexique s’inquiètent avant tout de l’honnêteté de leur comptable. C’est important, bien sûr, mais s’il est incompétent et ne connaît pas la législation fiscale à laquelle les étrangers sont confrontés, cela peut vous coûter beaucoup d’ennuis, voire de l’argent.

N’attendez pas de factures

Lorsque vous acceptez des services avec quelqu’un, ne vous attendez pas à ce qu’il vous contacte pour le paiement, il s’attend à ce que vous fassiez le paiement sans rappel. Les expatriés blessent souvent involontairement les sentiments d’un Mexicain parce qu’ils oublient une facture. Si vous avez une bonne source de revenus, ne les offensez pas en repoussant le paiement. Vous risqueriez de vous retrouver à la recherche d’un nouveau fournisseur (il ne faudrait surtout pas que cette personne soit le comptable que vous aimez !)

Au Mexique – il vous incombe de savoir quand il est temps de régler un compte sans recevoir de facture. Vous savez probablement déjà qu’ici, on paie ses impôts fonciers au début de l’année. Bien que personne au Mexique ne reçoive de facture pour cette taxe, chacun sait qu’il doit aller la payer. Cette façon de ne pas recevoir de factures s’étend à de nombreuses choses, y compris l’assurance automobile. Gardez un calendrier pour les factures importantes. C’est un point sur lequel vous ne pouvez pas toujours compter sur les conseils de votre comptable.

Soyez patient

Mañana ne signifie pas « demain », mais « pas aujourd’hui ». Prenez cela comme un mantra à vivre au Mexique, ou vous risquez d’être déçu à jamais.

Pour la majorité des artisans et des entreprises de la Costa Maya, le temps ne vaut que pour aujourd’hui. Vous devez aider vos vendeurs en créant des délais. Fixez une date pour la livraison des biens et des services, et confirmez-la par écrit. Une date verbale de « deux semaines » ou de 15 jours n’est pas quelque chose sur laquelle vous pouvez compter. S’ils doivent écrire une date de livraison et la signer, la plupart d’entre eux y réfléchiront un peu plus sérieusement. Montrez également le calendrier au vendeur, afin qu’il se rende compte que 15 jours peuvent tomber sur un samedi, et, oh… au fait… que ces 15 jours incluent deux week-ends et un jour férié qu’il n’a pas pris en compte (sans parler de l’anniversaire d’un cousin de 15 ans). Si le temps est un facteur critique, assurez-vous régulièrement que les choses soient faites à temps.

Étudiez votre stratégie de communication

Déterminez la meilleure façon de contacter vos fournisseurs et clients mexicains. Ne partez pas du principe qu’ils vont lire votre facture électronique soigneusement rédigée. Même s’ils ont un compte de messagerie, ils ne le consultent que lorsqu’ils en ont envie ou lorsqu’ils peuvent s’arrêter chez un ami pour utiliser un ordinateur. Ils sont beaucoup plus susceptibles de vous répondre sur Facebook ou par SMS.

C’est une chose que beaucoup d’étrangers ne prennent pas le temps de découvrir, et l’on suppose souvent, à tort, que le vendeur ou le client ne veut pas travailler avec vous ou a quitté la ville.

Tips : Pensez à créer un beau logo pour vos réseaux sociaux, comme un logo Instagram ! Les mexicains y sont très sensibles. 

Connaissez la loi

Partez du principe que toutes les règles et réglementations relatives à votre entreprise doivent être respectées. Ce n’est pas le « Far West » où tout est permis, mais il est parfois difficile de savoir quelles sont les règles et réglementations.
Les étrangers peuvent observer leurs voisins mexicains faire apparemment ce qu’ils veulent sans tenir compte de certaines lois, mais si les nationaux peuvent s’en tirer, du moins pendant un certain temps, ce n’est probablement pas le cas des étrangers.
Plutôt que de vous fixer sur le fait que ce n’est pas juste, utilisez toutes les compétences, l’éducation et les capacités qui vous ont amené au Mexique, apprenez les lois et faites de votre mieux pour suivre les règles.
Le merveilleux comptable que vous avez mis tant de temps à choisir peut vraiment vous aider à cet égard. Il dispose souvent d’un vaste réseau de clients compétents qui peuvent vous aider à naviguer dans le système juridique. Si nécessaire, consultez un avocat, surtout lorsqu’il s’agit de contrats. Les avocats sont peu coûteux par rapport aux États-Unis et au Canada, alors n’attendez pas d’être en difficulté.

Payez la sécurité sociale de vos employés

Dans le cas contraire, vous pourriez vous exposer à des problèmes ultérieurs. Travaillez avec votre comptable pour minimiser les impôts que vous devez payer, et si vous appréciez vos employés, vous serez heureux de leur offrir cet avantage. Il leur permet de bénéficier de soins de santé, d’une certaine retraite et d’une indemnisation des accidents du travail, et les rend éligibles à des prêts à faible coût et subventionnés pour les achats importants, tels que les maisons et les appareils électroménagers. Un bon employé restera plus longtemps si vous lui offrez ces avantages. Considérez cela comme une assurance dont vous ne voudriez pas vous passer. Si une employée se blessait sur votre lieu de travail et qu’elle n’était pas couverte, vous pourriez être responsable de ses soins de santé et de son indemnisation, potentiellement pour le reste de sa vie.

Le travailleur n’est pas votre ami

C’est l’une des leçons les plus difficiles que j’ai apprises. J’ai des employés qui travaillent pour moi depuis plusieurs années et je les aime, mais mon comptable Jose ne cesse de me répéter ceci. Ce n’est pas parce que vous les aimez qu’ils n’essaieront pas de déposer une demande contre vous lorsque le moment sera venu pour eux de partir. Il existe un très grand nombre de lois sur le travail au Mexique, et il est important de connaître celles qui vous éviteront des problèmes.
Nous avons été poursuivis par des travailleurs parce que nous étions confiants, ignorants de la loi et parce que nous ne comprenions pas la culture du travail. Pour la plupart des employés, le travail est un emploi, pas une carrière, indépendamment de ce qu’ils pensent de vous personnellement.

Par exemple, au Mexique, lorsqu’une personne démissionne, il est obligatoire de lui payer les vacances accumulées et la prime de Noël. Si vous la licenciez, vous devez également lui verser une indemnité de licenciement. Ces règles sont similaires à celles d’autres pays. La différence au Mexique est qu’une personne peut démissionner et prétendre ensuite que vous l’avez licenciée injustement. Si vous n’avez aucune preuve qu’ils ont démissionné, ils gagneront en médiation en affirmant que vous mentez. Moralité : apprenez le droit du travail, surtout lorsqu’il s’agit d’argent. Demandez à votre comptable ce que vous pouvez faire pour vous protéger, et lorsque cela se produit (et cela arrivera), prenez-le comme une leçon apprise et passez à autre chose, après tout, les problèmes des employés sont universels.

Apprenez à connaître vos vendeurs et vos clients

La confiance s’établit avec le temps, par les relations familiales et autour d’un repas entre amis. Si vous êtes le vendeur, prenez le temps d’aller déjeuner, de serrer la main et de poser des questions sur la famille de votre interlocuteur. Invitez-le chez vous et à des réunions sociales. Un Mexicain fait confiance et fait des affaires avec ceux qui sont des amis.

Vous êtes responsable de vos affaires

Je ne peux pas parler pour les autres pays, mais aux États-Unis, nous nous attendons à ce que les choses fonctionnent d’une certaine manière et nous attendons des gens qu’ils aillent jusqu’au bout lorsqu’ils délèguent leur autorité ou lorsqu’ils paient quelqu’un pour faire quelque chose pour nous. Nos affaires en dépendent, et lorsque cela ne se produit pas, nous nous sentons justifiés de blâmer les autres. Ce n’est pas nécessairement le cas dans le sud de Quintana Roo, au Mexique, et je suppose que ce n’est pas si différent dans d’autres régions du Mexique. Si vous demandez à quelqu’un de faire une tâche pour vous et que cette tâche n’est pas faite, VOUS êtes responsable parce que vous n’avez pas accompagné cette personne pour vous assurer qu’elle soit faite. Par-dessus tout, ne vous découragez pas. Nous avons failli abandonner plusieurs fois les trois premières années, principalement parce que tout nous était étranger. Maintenant, je ne me vois pas revenir en arrière. Nous aimons le Mexique, le peuple mexicain et nous avons trouvé le moyen de gagner notre vie ici, malgré les difficultés. Vous le ferez aussi !

Cet article vous a plu ? Partagez le !
Nos articles qui pourraient vous intéresser